Tribunes

Retrouvez ici 7 tribunes appelant à l’union :

 

Appel à Benoît Hamon, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon. Vous êtes les principaux candidats représentant une dynamique de transformation sociale et écologique pour la prochaine élection présidentielle.

Certes, il y a dans vos programmes respectifs des propositions différentes, mais vous vous rejoignez sur l’analyse des impasses dans lesquelles nos sociétés s’enlisent et sur la vision de ce que devrait être une société plus juste, plus égalitaire, conviviale et écologiquement soutenable.

Pourtant, cette prochaine élection s’annonce dramatique pour nombre de ceux qui défendent des valeurs de solidarité et qui pensent que le progrès social et le bien-vivre passent par une prise en compte centrale des enjeux écologiques et de la justice sociale. Car vous savez parfaitement que la multiplicité de vos candidatures ne nous laissera le choix, au deuxième tour, qu’entre deux versions d’une grande régression : une extrême droite xénophobe, autoritaire et nationaliste, d’une part, et une ultra-droite conservatrice, ultralibérale et d’une grande brutalité sociale, de l’autre, le tout sur fond commun d’une vision sectaire de l’identité nationale et de la laïcité chez les deux. Nous sommes bien en présence d’un risque majeur pour la France. Il est de votre responsabilité d’empêcher cette catastrophe annoncée…

Libération.fr

 

Des petits collectifs de plus en plus nombreux, échangent, se lamentent, cherchent des solutions. Des personnalités connues et moins connues, intellectuelles ou non, sont sollicitées afin d’apposer leur signature en bas de textes qui en appellent à la raison, à l’unité des candidats de gauche afin de rassembler le futur électorat et d’éviter la dispersion des voix. Les candidats semblent, en apparence, sensibles aux pressions des électeurs. Mais publiquement ils ne transmettent aucunement les propos critiques de ceux qui les interpellent.

Nous le savons, « il n’est pas certain qu’un plus un fasse deux », selon les termes d’un des porte-parole. Ces professionnels de la politique se sont autoproclamés représentants du peuple et rivalisent d’initiatives en live, dans l’air du temps, entre blog et réseaux sociaux, images filmées, brèves interventions, régulièrement répétées avec formules chocs, reproduites à l’infini. Les meetings ressemblent de plus en plus à un show télévisé. La jeunesse, placée au premier rang, détient une place de choix avec ses visages rayonnants, où la diversité « culturelle » est savamment dosée, cadrée dans l’image car il faut qu’elle soit vue…

Le Monde.fr

 

Si je me permets de vous écrire, c’est parce que c’est le seul moyen que j’ai pour aider la gauche à accéder au pouvoir au mois de mai. En effet, mon jeune âge, 13 ans, m’interdit de voter, mais pas de m’informer.

J’ai donc appris, ces derniers jours, que vous n’aviez pas su discuter, négocier, passer outre vos désaccords sur l’Europe, le travail, pour mieux en débattre par la suite. Que vous n’aviez pas su vous détacher de vos partis ou mouvements politiques pour fusionner vos projets, vos candidatures mais aussi vos électorats pour donner son unique chance à la gauche.

En agissant ainsi, vous laissez passer une magnifique opportunité, une occasion inédite, depuis le Front populaire de faire gagner la gauche, la vraie, celle qui veut une VIe République, celle qui place l’écologie au cœur du débat politique, celle qui lutte contre les injustices et pour les plus démunis, celle qui préfère l’espoir à la résignation. Cette gauche-là, vous êtes deux à l’incarner et deux, c’est trop.

 Séparés, vous n’avez aucune chance de gagner. Vous mobilisez chacun une petite quinzaine de pour cent des électeurs, bien trop peu pour espérer arriver au second tour, soyons réalistes ! Vos suffrages réunis constituent, eux, 25 %, voire plus, de l’électorat français. Même si certains se détachaient de votre alliance, vous pourriez rejoindre M. Macron, M. Fillon et Mme Le Pen au-dessus de la barre des 20 %. Vos idées progressistes feraient la différence…

Le Monde.fr

 

La victoire de Benoît Hamon sur Manuel Valls est une belle surprise, qui rouvre le champ de l’espoir : l’écologie et la justice sociale seront bien dans le débat de l’élection présidentielle, portées par trois candidats, MM. Hamon, Jadot et Mélenchon. Il faut aller plus loin : viser l’union ou l’alliance.

Que de surprises, dans cette campagne présidentielle ! Qui aurait dit il y a un an que François Fillon battrait Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ? Qui aurait dit voici neuf mois qu’Emmanuel Macron serait un possible candidat de second tour ? Qui aurait dit il y a six mois que Benoît Hamon porterait les couleurs du Parti socialiste ?

Célébrons d’abord une bonne nouvelle : Manuel Valls est balayé. Cet homme dangereux et autoritaire a été battu à plate couture par Benoît Hamon dans le deuxième tour de la primaire de la « Belle alliance populaire », dimanche 29 janvier, par 58 % à 41 %. C’est un score digne des « Experts », l’équipe française de handball qui, le même jour, a remporté la Coupe du monde par 33 buts à 26.

Maintenant, où en sommes-nous ? A moins de trois mois du premier tour de l’élection présidentielle, qui aura lieu le 22 avril, le jeu semble bien posé : dans l’ordre alphabétique, François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, et Jean-Luc Mélenchon ont chacun(e) des chances raisonnables de se placer dans une des deux positions de tête. Des surprises pourront encore venir, notamment d’un éventuel effacement de M. Fillon, rattrapé par son comportement népotiste (« népotisme : abus de quelqu’un qui use de son autorité pour procurer des avantages aux gens de sa famille »), d’un effondrement de M. Macron à la façon de Balladur, chéri des sondages, en 1995, ou de tout autre événement, les surprises étant par définition imprévisibles.

Reporterre.net

 

Avec la nette victoire de Benoît Hamon à la primaire du Parti socialiste, au moins trois candidats véritablement ancrés à gauche participeront au premier tour de l’élection présidentielle.

La perspective devrait nous ravir, en particulier dans un contexte global de montée du national-populisme belliciste et d’une internationale qui, du Brésil à la Russie, en passant par les États-Unis d’Amérique, la Turquie ou les Philippines ne cesse d’inquiéter, risquant d’aggraver l’instabilité mondiale et d’affaiblir un peu plus encore les espaces multilatéraux.

Militants des mouvements sociaux et citoyens, nous ne sommes pas des témoins passifs. Malgré les revers, certaines des propositions que nous portons depuis des décennies ont désormais trouvé leur place dans l’imaginaire commun de la gauche – a fortiori de Benoît Hamon, de Yannick Jadot et de Jean-Luc Mélenchon. Nous nous en réjouissons, à un moment où nous avons plus que jamais besoin de solidarité.

Ils incarnent en effet la volonté de refuser la fatalité et, à des degrés divers, d’en terminer avec les politiques néolibérales et l’emprise de la finance sur nos vies. Chacun d’eux comprend l’urgence absolue de concrétiser une transition écologique et sociale. Tous trois avancent des idées nouvelles, et font émerger des propositions innovantes : planification écologique, revenu universel, 3 fois 1% (agroalimentaire, immobilier et publicité) redistribués à des projets citoyens, etc…

Bastamag.net

Nous sommes des citoyen.ne.s de Lille, Nanterre, Lyon, Besançon, Grenoble, Marseille, Toulouse… et partout en France.

Nous lançons un appel à Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et Benoît Hamon pour une alliance sociale, écologique et démocratique. Car vos points de vue sont plus convergents que divergents. Vous devez travailler dès maintenant à la mise en place d’une équipe progressiste, écologiste et novatrice autour d’un projet commun et d’un représentant pour le rassemblement.

Nous attendons la justice sociale, une 6e République démocratique, une réelle transition écologique et énergétique, l’égalité femmes – hommes, la lutte contre le racisme, la révolution technologique au service des citoyen.ne.s, et un autre projet européen.

Nous nous rassemblons aujourd’hui parce que nous nous reconnaissons dans les trois programmes, nous sommes vos électeurs et électrices ! Nous sommes conscients des débats qui existent entre vous, entre nous. Nous ne les minimisons pas. Nous les respectons. Nous pensons simplement qu’ils ne sont pas suffisants pour empêcher la construction d’une majorité sociale et politique, indispensable pour permettre de changer ce monde qui marche sur la tête…

Mediapart.fr

Cher Benoît, cher Jean-Luc,

Je suis maire d’une ville où plus d’un enfant sur deux vit sous le seuil de pauvreté. Dans cette ville, la santé est devenue un luxe. Dans cette ville, le plafond de verre contraint une partie de la jeunesse à renoncer à ses rêves. Dans cette ville, des gens ne mangent pas toujours à leur faim…

Cette ville, ma ville, est une ville populaire. Il y manque des médecins, des enseignants, des policiers, des assistants sociaux. Cette ville, c’est Grigny. Mais cela pourrait être n’importe quelle autre ville populaire. Nous sommes victimes de la ségrégation sociale et territoriale, de la discrimination à l’adresse, de ce système qui fabrique de l’exclusion, de la résignation et de la violence.

Les Grignois, comme l’ensemble de nos concitoyens modestes, ne peuvent plus attendre pour l’égalité. Ils ont besoin d’une hausse immédiate des salaires. Il faut redonner des moyens à l’école de la République et renouer avec la police de proximité. Nos concitoyens veulent des logements dignes, des transports de qualité, une énergie propre et moins chère, un environnement respirable. Ils doivent pouvoir se soigner et continuer à être fiers d’un système de sécurité sociale qui émancipe de la loi du plus fort…

Liberation.fr

 

 

 

Insoumis66circo4 |
45usa |
Leblogpolitique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus